La culture d’entreprise : Comment la transmettre à vos employés sans la formaliser?

7 février 2018

Que votre culture d’entreprise soit formelle ou informelle, l’essentiel est surtout à savoir si vos valeurs organisationnelles sont véhiculées à travers tout ce qui se voit et s’entend. Comme l’explique Jean-Philippe Grou, directeur des communications chez Ubisoft Montréal, « [c]’est important pour les gens de vivre notre culture, plus que de la lire et de la comprendre intellectuellement. On la communique donc par des actions ».

Tel que le mentionne le magazine Les Affaires, « [d]onner vie à sa culture est notamment une façon de garder ses employés impliqués et de gonfler leur fierté par rapport à leur entreprise et aux projets sur lesquels ils travaillent ». Or, comment peut-on transmettre adéquatement notre culture organisationnelle sans avoir à la formaliser verbalement ou par écrit? C’est ici que prend tout son sens l’importance de l’espace physique et de son agencement (murs, mobiliers, emplacement des bureaux, etc.), des vêtements, des systèmes de reconnaissance par les pairs, des avantages sociaux, des repas, du langage, des horaires de travail, et plus encore. En effet, tous ces éléments en disent long sur la culture d’une entreprise. À titre d’exemple, Ubisoft Montréal accroche des cadres sur ses murs afin de conserver des souvenirs de la compagnie, en plus de créer un climat familial au sein de ses employés. Un autre excellent exemple est l’habillement : alors que les cravates et les jupes véhiculent un professionnalisme un peu froid, le t-shirt et le jeans projettent la créativité et la spontanéité. En guise de dernier exemple, le magazine Les Affaires explique que « [l]es longues vacances permises au moment de la semaine de relâche soulignent l’engagement d’une entreprise à favoriser la qualité de vie de ses employés ».

Peu importe de quelle manière vous transmettez votre culture, il importe surtout d’être authentique et cohérent, sans quoi les employés se rendront vite compte que les valeurs dites priorisées ne le sont pas vraiment. « Quand ça arrive, c’est décourageant pour les employés, relate Richard Déry. Ils ont l’impression d’être instrumentalisés. » Ainsi, à moins d’énoncer des valeurs qui incarnent un objectif qu’on souhaite atteindre, il faut non seulement éviter de s’éparpiller en multipliant inutilement les valeurs qu’on prétend défendre, mais aussi éviter d’exposer des valeurs qui sont incohérentes avec nos façons de faire.

Enfin, il est également important de reconnaître et d’accepter l’hétérogénéité (minime ou pas) de notre culture organisationnelle et, parallèlement, encourager les sous-cultures départementales. Comme l’explique si bien Richard Déry, « [s]i vous êtes une entreprise comme Apple, vous valoriserez naturellement l’innovation et la créativité. C’est bien, mais c’est aussi correct si vos comptables ne sont pas du genre à briser les règles et les conventions. »

Si vous éprouvez de la difficulté à propager votre culture au sein de vos employés, ou encore si vous constatez que ces derniers n’y adhèrent pas, contactez un membre de l’équipe Inacre Conseil et nous serons ravis de vous conseiller de manière personnalisée.

 

Pour consulter l’article qui a inspiré Inacre : http://www.lesaffaires.com/strategie-d-entreprise/management/votre-culture-d-entreprise-est-elle-vivante-/598486

 

Répondre